Small business : mon lancement sur Etsy

Vous le savez peut-être : je tiens, en parallèle de ce blog, une boutique de kokeshi anciennes sur la plateforme de vente etsy, qui s'appelle Folkeshi, comme le blog. Créer son activité est à la fois excitant et effrayant : on épie les premières réactions, on espère que ça fonctionne, on craint... de se planter, tout simplement. J'en suis au tout début de l'aventure, et j'ai envie de partager avec vous l'évolution de cette activité. Ces articles seront rassemblés dans la catégorie "Small business", et resteront discrets par rapport au reste du blog !

Mon bilan du 1er trimestre sur etsy

J'ai lancé ma boutique en ligne le 1er mars, en profitant de l'élan donné par un programme d'Etsy spécial vendeurs débutants, qui s'appelle Etsy Résolution. Cette formation express est gratuite, et repose principalement sur l'entraide des membres (plus de 2000 pour l'édition 2016 !). J'ai donc bénéficié d'une exposition favorisée auprès de ce groupe, et réalisé deux ventes dans les premières heures d'existence de Folkeshi !

  • Dans les trois mois qui ont suivi, j'ai enregistré 53 ventes en ligne, et 18 ventes en direct.
  • J'ai fait un chiffre d'affaires de 1580€
  • J'ai reçu 6430 vues, soit 70 visites par jour en moyenne
  • J'ai envoyé des poupées kokeshi en Italie, en Belgique, en Norvège, en Suisse, en France, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Australie, à Hong-Kong, à Singapour, et aussi au Japon où je vis.

Ma méthode pour débuter sur etsy

debuter-sur-etsy

J'ai investi du temps et de l'argent

En février/mars, j'ai eu beaucoup de temps à moi car j'étais entre deux contrats d'enseignement (je suis prof de Français langue étrangère). J'ai donc investi mon temps en lisant extensivement le manuel du vendeur d'etsy, pas seulement les conseils aux débutants, mais aussi des choses plus avancées, pour me faire une idée globale du parcours à envisager. Je me suis appliquée à comprendre comment fonctionne le référencement sur etsy, et j'ai consacré beaucoup de journées et de soirées à rechercher des mots-clés pertinents, et à reprendre mes descriptions pour mieux les optimiser.

Lire tous ces articles sur des sujets très variés, que je ne maîtrise pas pour la plupart, m'a permis de prendre du recul et d'arrêter de considérer que certaines pratiques (le marketing, par exemple !) ne concernent que les multinationales, et pas moi. Ma petite entreprise individuelle est une marque. Une fois que je l'ai vraiment réalisé, il n'était plus question de bricoler mes restes de carton, de bloguer sans nom de domaine, d'ignorer l'importance de la communication.

FolkeshiEtsy

Côté argent, bien sûr, les débuts sont onéreux : acheter le stock, payer l'hébergement du site, les packagings, les cartes postales que j'ai faites imprimé spécialement pour ma première vente privée. C'est un investissement à faire pour se prendre au sérieux ! Et si vous ne vous prenez pas au sérieux, ma foi, c'est compliqué pour les clients de le faire.

Folkeshi est déclaré comme entreprise individuelle au Japon, le pays où je réside et où je paie mes impôts.

J'ai choisi un seul média pour communiquer

Contrairement aux nombreuses recommandations lues sur internet, je n'utilise qu'un seul réseau social : Instagram. J'ai commencé à poster un mois avant d'ouvrir sur etsy ; mes followers sont peu nombreux, mais mobilisés, et pour l'instant ça marche pour moi. Mes kokeshi sont des objets très visuels, et comme elles sont vintage, je n'en ai jamais deux pareilles. J'alimente mon compte Instagram une fois par jour, avec mes nouvelles trouvailles, ou des photos de ma collection personnelle.

Me concentrer sur "IG" m'évite de perdre du temps ailleurs ! Mais je partage aussi mes mises à jour de la boutique, une fois tous les 15 jours, sur mon profil perso.

Mes objectifs pour le prochain trimestre

  • stabiliser mon activité à 20 ventes en ligne par mois
  • augmenter mon stock pour avoir en moyenne 30 à 40 poupées en boutique.

Je vous tiens au courant !